La Panamée®

Prochaine Panamée®

Jeudi 20 octobre 2022

> Des parisiennes iconiques

Nous avons choisi d’évoquer quelques unes d’entre elles, artistes, sportives, auteurs…

Des stades à l’Assemblée nationale en passant par le Sénat et le Panthéon.

 

 

> Départ 19h : Devant le stade Charléty - Métro ou RER Cité Universitaire ou Tram Charléty.


> Arrivée vers 22h : Promenade des berges > Métro Assemblée nationale.

 

- Rando culturelle, gratuite, ouverte à tous et sans inscription -

La gazette est en chemin...

La Panamée® suite

Jeudi 15 septembre 2022 > Richard Wallace et Eugène Belgrand

Un temps très agréable pour marcher, quelques nuages menaçants au départ, vite oubliés, pris par les petites montées sur le haut du parc des Buttes Chaumont, puis sur le 2ème sommet de la capitale, Belleville et ses châteaux d’eau. 

Des fontaines Wallace à la pelle, sept le long du parcours, trois réservoirs d’eau, et puisque nous sommes dans les chiffres environ trois cents participants dont beaucoup ont eu du mal à rentrer chez eux à la fin de la randonnée Place Edith Piaf. Il est vrai qu’il était 10h moins dix.

 

Merci à tous.

Jeudi 18 août 2022 > Vacances d'été à Montreuil !

Comme chaque année au mois d’août, notre balade mensuelle quitte Paris (pas d’inquiétude, on y reviendra !) pour découvrir un petit morceau d’outre-phériphérique : cette fois nous avons choisi Montreuil.

 

Et c’était bien un air de vacances qui flottait ce jeudi soir devant l’imposant beffroi de la Mairie de Montreuil. Les habitants qui profitaient de cette belle soirée d’été sur la place hésitaient à en croire leurs yeux : 250 participants environ venus partager les vacances de la Panamée® dans une ambiance chaleureuse et détendue, encadrés par nos Randopanameurs reconnaissables à leurs chasubles jaune et mauve.

 

Direction le plateau du Haut Montreuil où une trentaine d’hectares de jardins cachés conservent la tradition des fameux Murs à Pêche, un fruit fort apprécié en cette saison. Puis rendez-vous dans trois grands parcs qui contribuent à faire de Montreuil une vie verte où il fait bon vivre. Le premier, l’historique, le classique, le parc Montreau et son Musée de l’Histoire vivante consacré à l’histoire sociale et ouvrière. Le deuxième, le parc des Beaumonts, sa biodiversité et son émouvante clairière des 27 fusillés. Et le troisième, Les Guilands relié au parc Jean-Moulin de Bagnolet dans un bon esprit de coopération au service des citoyens et du sport.

 

Merci à tous les marcheurs.

 

Jeudi 21 juillet 2022 > Émile Zola

Il faisait bon hier soir près du Jardin des Batignolles au départ de la Panamée mensuelle, dédiée à Emile Zola, bon temps, bon public environ 300 participants, bonne ambiance, mélange de nouveaux et de fidèles.

 

En fait, comme presque souvent, la température au sens propre comme au sens figuré était idéale, dans un Paris à moitié en vacance, une partie des habitants sont ailleurs, remplacés par de nombreux touristes étonnés de voir ces chasubles jaune et mauve encadrer une randonnée citadine et répondre aux questions que se posaient les consommateurs de tout âge, attablés aux terrasses de cafés « qu’est-ce que vous faites ? ». Si les ventes des livres de ce colosse de la littérature que fut Émile Zola (1840-1902), thème de la Panamée, ne décollent pas ce ne sera pas faute d’en avoir fait la promotion : Thérèse Raquin, l’Assommoir, Nana, tout au long des 3 heures de marche (7,5 km).

 

Ses Amis, ses Amours, ses... adresses dans les 17ème et 18ème, le cimetière de Montmartre où il ne fit qu’un passage avant de rejoindre le Panthéon, et pour finir le siège de l’Aurore 144 rue Montmartre, dans le 2ème et la plaque du fameux J’accuse d’Émile Zola dans l’affaire Dreyfus à deux pas de son adresse de naissance.

Daniel R.

Jeudi 16 juin 2022 > Paris et la Fête !

On aurait pu craindre, avec la chaleur, un coup de torchon sur la Panamée® du jeudi 16 juin, et bien non, ce fut une Panamée® tranquille, un peu chanceuse aussi. En effet certains espaces verts auraient dû être fermés en temps ordinaire à nos heures de passage. Mais, que des bonnes surprises ! Un peu avant le cimetière du Père Lachaise, nous avons pu découvrir le square Henri Karcher (1849-1933) fondateur de la célèbre brasserie éponyme et ancien maire du 20ème arrondissement, certes il se méritait il fallait aller le chercher ! Et gravir quelques marches, mais quel bonheur, un sommet pour nous seuls et une découverte pour tous, autre bonne surprise nous avons pu traverser le square de Ménilmontant et des Saint-Simoniens.

 

En résumé, ce fut une Panamée® verte, qui a commencé dans le bois de Vincennes, pour arriver Place des Fêtes entre le jardin du regard de la lanterne et le square de monseigneur Maillet, avec, entre, une portion intéressante sur la petite ceinture et une autre moindre sur la coulée verte René Dumont, le sobre jardin Mary Cassatt, la place de la Nation ré arborée, le mignon jardin Vitaly dans le passage très sympathique Hypatie d’Alexandrie.

 

Un temps superbe, vous étiez environ 300 au départ et encore presque aussi nombreux à l’arrivée.

 

Merci à tous et aux agents des espaces verts de la mairie de Paris.

Jeudi 19 mai 2022 > Les canaux de Paris

Ce fut un bon moment que cette Panamée du jeudi 19 mai, avec une thématique qui tombait à pic dans cette période de fortes chaleurs : les Canaux !

 

Il y avait du monde, devant la fontaine des lions de Nubie, réalisée en 1811 par Pierre-Simon Girard l’ingénieur du canal de l’Ourcq.

Hors touristes, vous étiez un peu plus de 400 au départ Porte de Pantin et encore très nombreux à l’arrivée à l’aplomb du bassin de l’Arsenal, Place de la Bastille...

 

Entre les deux, un cheminement de bord de canal ponctué de passerelles à traverser, le canal de l’Ourcq, l’écluse du Canal Saint Denis, le rond-point des canaux, le bassin de la Villette, point de départ de l’aqueduc de ceinture, le canal Saint-Martin, et quelques incongruités, un sous-marin, une rotonde, l’hôtel du Nord, un génie illuminé.

Merci à tous !

 

Jeudi 21 avril 2022 > LOUIS PASTEUR

Jeudi 17 mars 2022 > ROSA BONHEUR

Un temps idéal, un ciel clair , pas trop chaud, pour marcher et faire plus ample connaissance avec Rosa Bonheur( 1822 Bordeaux 1899 BY),la peintre et la femme : le jardin des Plantes où elle fit ses premiers croquis d’animaux, le Louvre qu’elle fréquenta d’abord en cachette toute jeune, puis trente ans plus tard en tant que premier prix au Salon, l’école de peinture dont elle fut directrice, ses adresses, ses maisons où elle vécut avec son père et sa fratrie, ses ateliers , le musée d’Orsay , seul musée de Paris à détenir UN tout seul de ses tableaux....les autres sont ailleurs à New-York, Londres, Philadelphie, Madrid..

 

Une grande peintre et une grande Dame avec un caractère certain. Méconnue pendant longtemps en France, après avoir été médaille d’or du Salon des peintres au milieu du XIX° siècle, mais archi célèbre en Angleterre et aux Etats-Unis.

 

Ses tableaux étaient dans les musées, ses reproductions, partout ,sur des objets usuels ou sur des affiches, le portrait de Buffalo Bill en personne fit le tour du monde. Puis à nouveau reconnue vers 1860 première femme à être faite chevalier de la légion d’honneur des mains de l’Impératrice Eugénie , puis officier de celles du président Sadi Carnot,. Encore plus tard , à peine enterrée au Père Lachaise, elle replonge dans l’oubli presque jusqu’à nos jours.

 

Prolifique, certainement plus de 300 tableaux , des milliers de dessins, d’estampes, et de photos sur la fin de sa vie.

 

Nous connaissons tous ses bœufs labourage nivernais, ses chevaux, le marché aux chevaux, ses cerfs ou ses lions, mais pas son nom : elle s’appelle Rosa Bonheur..

 

Nous étions un peu plus de 350 merci à tous !

 

Rosa Bonheur aujourd'hui...

Jeudi 17 février 2022

Un carnaval à Paris

Il y a longtemps qu’un poète a dit….
''Voir Paris sans voir la Courtille,
Où le peuple joyeux fourmille,...
C’est voir Rome sans voir le pape.''

Ce fut une belle rando, beau temps pour marcher, des participants contents de passer dans des endroits où nous n’allons pas souvent. Le plus surprenant, ce n’est pas d’être arrivés avant 22h, c’est que sur les 300 personnes environ au départ, il y en avait encore près de 200, place du tertre en haut de Montmartre, alors que la rue Lepic sans être à pic (c’est facile) est un peu pentue. Merci à tous !

Jeudi 20 janvier 2022

Architecture des bords de Seine

Jeudi 20 janvier 2022 c’était soir de Panamée®…

Bon nombre de fidèles étaient déjà présents Place Saint-Michel vers 18h30, rapidement rejoints par beaucoup de nouveaux.

C’est donc près de 350 personnes encadrées qui ont découvert ou redécouvert les bords de Seine dans Paris la nuit…

Notre-Dame à notre gauche toujours aussi sage, les lumières de l’Institut du monde arabe sur notre droite, peu de bateaux sur le fleuve peu de promeneurs à hauteur du jardin Tino Rossi ce qui facilite la déambulation entre les œuvres modernes du musée à ciel ouvert, l’esplanade entre les 4 tours livres ouverts de la BNF nous accueille pour quelques explications de notre conteuse du soir : la piscine Joséphine Baker à gauche, la passerelle Simone de Beauvoir devant nous, presque seuls, un œil sur les Tours Jean Nouvel au loin sur notre droite impossible de ne pas les voir…Le Parc de Bercy, même le ministère des finances étrange et silencieux s’inscrit parfaitement dans le cheminement, le bassin de l’Arsenal avec une vue extraordinaire sur le Génie de la Bastille, et retour sur les quais rive droite avec vues imprenables sur les hôtels particuliers de l’Ile Saint-Louis, illuminés juste comme il faut jusqu’à hauteur de l’hôtel de Sens et c’est déjà fini il est 22 heures.

 

Une belle Rando, merci à tous

 

Daniel Ramey

Jeudi 16 décembre 2021

Paris illuminé

C’était "La Panamée® de l’année" !

On nous avait annoncé des grèves sur les RER, des ennuis sur certaines lignes de métro, mais c’était sans compter sur la faculté d’adaptation des marcheurs qui avaient envie de marcher…

En effet, vous étiez très nombreux sur l’esplanade du Trocadéro, plusieurs centaines, le record de participation des 4 dernières années a été battu…

Le temps idéal pour marcher, un peu frais, des illuminations comme il fallait …

Ce fut une très belle soirée, vous étiez encore très nombreux au bord de la Seine, en bas du Pont Alexandre III, puis dans les jardins du Carrousel aux pieds du quadrige de Saint-Marc, toujours aussi nombreux sur la Place Vendôme, resplendissante, enfin un peu moins à l’arrivée derrière l’Opéra mais devant les vitrines animées des grands magasins, mais il était 22 heures…

Merci à tous et à l’année prochaine…

Daniel Ramey

 

 

Au fait pour répondre à de nombreuses questions, nous nous sommes inspirés du Conte "le coq qui devint le coq de clocher", d’Henri Pourrat (1887-1959), extrait du tome XII du Trésor des contes, publié en 1962 chez Gallimard. 

 

Jeudi 18 novembre 2021

Les Halles

Le temps idéal, pas trop de monde dans les rues.

Un cheminement en douceur qui a commencé dans le jardin des Halles, derrière la halle au blé désormais Bourse du Commerce fondation Pinault, sur l’emplacement des anciennes Halles de Victor Baltard.

Ce brillant ingénieur va nous accompagner tout au long de la Panamée®, en effleurant ses réalisations, Saint-Eustache, le 104, la Grande Halle de la Villette et celles qu’il a largement inspirées dont la halle du marché Saint-Quentin. Bien sûr il ne travaillait pas tout seul, mais l’histoire est ainsi, c’est son nom qui est d’abord resté.

S’il faut retenir une image de cette soirée ce sera celle de la traversée du canal, sur la passerelle des Ardennes par plus de 250 marcheurs...

Merci à tous

Merci à Brigitte A. et Nicole C. pour les photos

Jeudi 21 octobre 2021

"De la concierge aux clefs d'or"

C’était jeudi soir, au départ de la Place du Châtelet, face à la Conciergerie,

Il faisait "sec", presque beau, un peu frais mais rien de comparable avec les trombes d’eau qui s’étaient abattues dans l’après-midi sur la capitale. Mais vous aviez envie de marcher, sur les 300 inscrits vous étiez au départ de l’ordre de 270…

Merci à tous

Pas trop de monde dans les rues, un Paris qui commence à s’illuminer et quelques "monuments" : la Seine, la Nouvelle Samaritaine, puis, après le grand hôtel du Palais Royal rue de Valois, 1° hôtel de la soirée ayant un clefs d’or, la traversée du Palais Royal et le passage des deux pavillons. La Place des Pyramides et l’hôtel Régina, la rue du Général Lemonnier entre la vue sur le Louvre à main gauche et celle, non moins superbe, à droite sur le jardin des Tuileries l’Obélisque et les Champs.

 

La passerelle Léopold Sedar-Senghor sur la Seine, puis, encadrant la rue Gaston Gallimard les deux hôtels imprégnés de l’histoire de Saint-Germain des Prés, du Pont Royal et Bel Ami et, pour finir en beauté, la façade illuminée de l’Hôtel Lutetia, face au square, fermé, portant le nom de la créatrice de cet hôtel Madame Boucicaut, épouse de Monsieur qui lui a créé Au Bon Marché.

Comme annoncé quelques références :

Les Mystères de Paris d’Eugène Sue dans lesquels il est question de Monsieur et de madame Pipelet concierges,

L’élégance du Hérisson de Muriel Barberey, publié en 2006 chez Gallimard, un très beau roman sur "Renée, 54 ans concierge du 7 rue de Grenelle.".

Enfin tout sur les Clefs d’or au siège social de l’association Union Nationale des concierges d’hôtels – Les Clefs-d’or 12 rue Cambon paris (1° arrondissement)

Si l’actualité est toujours en pleine effervescence en revanche, en ce qui concerne notre activité c’est plutôt Carême ou "Morne plaine".

  

C’est donc une période propice pour vous raconter des histoires de Panamée® que nous mettrons régulièrement en ligne.

En attendant de vous retrouver bientôt sur l’asphalte de Paris, bonne lecture et bon courage

 

Daniel Ramey

 

1) Les maisons closes ICI

 

2) Le Paris de Victor Hugo ICI

 

3) Les Grands Magasins ICI

 

4) Paris en chansons ICI

 

5) Le Corbusier ICI

 

6) Les cadrans solaires ICI

 

7) Panamée® au poil ICI

 

8) Les salles de spectacles ICI

 

9) Les sculptures en ville ICI

 

10) La toute première Panamée® ICI

 

(1) Nous suivons à la lettre les recommandations émises par les pouvoirs publics pour la sécurité de tous, en particulier celles concernant le confinement, les gestes barrière et la distance sociale préconisée.

Le Comité de Paris a inventé le concept des Panamée® !

Gratuites, ces randonnées citadines à thème, sont ouvertes à tous, petits et grands, jeunes et moins jeunes. Elles ont lieu tous les mois, le troisième jeudi de chaque mois, entre 19 heures et 22 heures et sur une distance de 7 km. Les départs et arrivées se font toujours près d'une station de métro.

 

Ces randonnées sont rigoureusement encadrées par les Randopanameurs, accompagnateurs du Comité, formés à cet effet. Au cours de ces randonnées, les « conteurs » du Comité, narrent la grande et la petite histoire des lieux traversés et des monuments rencontrés.


Une Panamée, des Panamées ou des Panamée

 

La Panamée est une ludique et culturelle randonnée pédestre dans Paris, elle existe depuis plus de 15 ans et se déroule traditionnellement le 3° jeudi de chaque mois. Elle a d’autres caractéristiques, mais aujourd’hui restons concentrés sur le sujet.

Panamée, un mot composé d’une partie de deux autres mots Paname et randonnée, c’est simple, d’où randonnée dans Paris et Panamée.!

 

Certes la Panamée® est une marque déposée par le Comité de Paris, on dit maintenant (ND) nom déposé.

Je croyais que d’un seul clic j’allais obtenir ma réponse, Panamée avec un s ou sans ?

Ce n’est pas un nom commun donc ce devrait être un nom propre ! Que nenni ! c’est un nom hybride, atypique dans le paysage lexical.

En continuant mes recherches, je savais qu’on n’était pas rendu, il me fallait passer par les différentes propriétés du mot, syntaxiques, référentielles, sémantiques et même juridiques.

Je cherche un raccourci. Un autre clic et je découvre que le mot pourrait être un lemme composé de deux morphènes, oscillant entre lexeme et syntagme à moins que ce ne soit un composé lexical unifié !

 

Tout cela pour un petit mot, même pas gros mot.

Alors j’ai fermé l’ordinateur et décidé de continuer à classer Panamée® dans les noms propres, elle l’a bien mérité, avec un P majuscule et sans S.

 

Daniel Ramey

 

 

NB : Je vous renvoie à ce qu’en dit l’Académie Française, ou votre moteur de recherche favori, mais je vous conseille surtout la lecture d’un article fort intéressant de Gérard Petit dans le N°4 de la revue Méta de décembre 2006.